lundi 10 juillet 2017

7 juillet 2017 : Mme la Rectrice honore les Champions de France

    Dernières heures avant décollage pour les Grandes Vacances : réception au rectorat de Montpellier des Champions de France UNSS de l'académie, ainsi que des Jeunes Officiels ayant obtenu la certification Nationale et du Prix de l'éducation 2017.
    M. Baillette, cornaqué par sa conscience professionnelle, a donc oublié l'apéritif organisé ce midi-là, au collège, pour conclure aimablement l'année (juste le temps de piocher quelques chips), raté les appétissantes brochettes entraperçues le matin dans les cuisines, et surtout a vu s'évaporer le cône (à la pistache) clôturant habituellement ces agapes collégiales !
    Nous l'avons donc retrouvé, l'estomac tout chagriné, à l'entrée du rectorat, où fiers d'être ainsi honorés nous nous étions rendus, excepté ceux qui avaient déjà migré vers des contrées de villégiature estivales.
    Comme nous n'étions pas les seuls athlètes récemment nimbés de tricolore à avoir répondu présents à cette invitation, dans la salle de réception, se pressaient, entre-autres, des kytesurfeurs, des pongistes, des nageurs, des grimpeurs et des rugbymen, repérables à leurs cheveux fraîchement péroxydés (puisqu'il est d'usage, dans les sports collectifs fortement testotéronés, de signer une mémorable victoire en se ripolinant la crinière !).

    Mme Armande Le Pallec Muller, Rectrice (1) et agrégée d'EPS (donc une sportive dotée d'un redoutable cerveau !), nous a chaleureusement accueillis, puis a déroulé un discours sur les valeurs (escomptées) du sport, avant de nous appeler par établissement pour nous gratifier d'une belle médaille aux armoiries de la Faculté de Droit et Sciences Economiques de Montpellier (que les spécialistes me corrigent, si je me fourvoie). Notre collège a eu l'honneur d'ouvrir le bal des décorés (peut-être parce que Bad, ça commence par un B et qu'il n'y avait pas, cette année, de champions d'Aérobic...). La Rectrice, bien au faîte de nos exploits, a rappelé que notre AS n'en était pas à sa première réussite hexagonale. Elle a égrainé les dates de ses glorieux succès passés (2011, 2013 et 2016), puis nous a remis un "diplôme" personnalisé et un écrin mettant en valeur la Médaille au pesant de gloire ! Comme nous avons également brillé cette année en badten, nous avons eu droit aussi à sa sœur jumelle !

    Deux "oscars" qui dès septembre trôneront dans la vitrine du hall d'entrée du collège, où se bousculent et clinquetillent (2) coupes, trophées et "décorations", récoltés depuis presque une décennie !
    Ensuite, tous les lauréats assemblés ont entonné, avec plus ou moins de poumon patriotique, l'hymne national. Ils ont ensuite agencé leurs doigts pour dessiner un triangle isocèle très effilé, figurant la Tour Eiffel - ce qui signifie "Paris", en langage des signes et symbolise le soutien à la candidature de la capitale à l'organisation des JO de 2024...
    En souhaitant que ce rassemblement, initié par Mme la Rectrice, soit reconduit l'année prochaine, tout en avançant légèrement sa date afin que Mr Baillette ne se voit pas à nouveau privé de pistache ! (si, bien sûr, nos successeurs rééditent notre perf...).

(1) Après quelques tergiversations et valses-hésitations entre Recteur et Rectrice, nous nous sommes rendus à l'avis du CNRS qui, dans une volonté de déconstruire les stéréotypes sexistes, proposait en 1999 de féminiser les noms de métiers, titres, grades et fonctions. Voir le document (téléchargeable en pdf) : Femme j'écris ton nom.
(2) mot-valise, assemblage fécond (?) de clinquant et scintiller...

Les Champions de France de badminton récompensés, Eva, Hugo, Paulin, Lola, Margaux (et Timothé)
et ceux de Badten, Eva, Lola, Noé (et Paola, Thomas, Ludovic)
"Marseillaise" Péroxydée
Tour Eiffel "olympique"

jeudi 29 juin 2017

18 juin 2017 : 9ème "Bad Party"

    Ce 18 juin, vingt-deux paires ont répondu à l'Appel et sont venues célébrer, avec entrain et bonne humeur, la 9ème Bad Party. Tournoi tôt débuté pour essayer de déjouer (un peu) les fortes chaleurs annoncées, constatées et endurées. Effectivement, tout le monde a transpiré plus que de coutume, nombre rougeoyant rapidement de la binette.
    Certains parents, novices en maniement de raquette et pas encore au faîte de toutes les subtilités du double, mais venus par solidarité familio-associative, ont réalisé des progrès significatifs, taquinant même plutôt bien de l'instrument (à cordage) et finissant même par réaliser quelques beaux coups !
    Selon une formule déjà bien rodée, une première phase matinale a permis aux "débutants" de prendre leurs marques en échangeant contre des badistes certes plus qualifiés, mais ayant pour consigne de faire vivre le volant et permettre à leurs adversaires d'ainsi progresser. Dans une deuxième phase, après quelques matchs de croisement permettant de bien sérier les niveaux, quatre poules de 6 équipes ont été constituées et les choses "sérieuses", pour tous, ont commencé. Des matchs équilibrés (joués en 2 sets de 21) se sont alors enchaînés sur un rythme laissant peu de place au farniente (tout juste le temps d'aller se rafraîchir le gosier à la buvette, tenue par une ravissante demoiselle - Chloé, jeune sœur de Noé) !

    Pour cette édition, nous avons notamment eu le plaisir de revoir un "vieux de la vieille" ! Pas Jean Gabin, ni Pierre Fresnay, ni Noël-Noël (petit clin d'œil aux cinéphiles avertis), mais une des toutes premières vedettes de l'AS badminton, cuvées 2002-2006 : le grand Hermann Diah ! Qui, même s'il n'avait pas touché une raquette depuis pas mal de temps, a vite repris ses marques. Il était épaulé par le solide Alexis, cadet promis à un avenir Popovien. Les deux lascars ont rapidement sympathisé et Hermann, suite à cette piqûre de rappel, pense bien reprendre du service en septembre  (ce qui ravira le club de l'ASDAS).
    Zélie et Mathilde, deux un peu moins anciennes de l'AS, sont venues apporter leurs charmants sourires, tout comme Maurine, en paire avec son papounet. "Biscotte" est également venu en milieu d'après-midi saluer les copains. Théo, lui n'est pas venu pour des prunes, ni pour des sardines, puisqu'avec Emeline (plus ping que bad, mais en très nets progrès en longue raquette !), il a fini la journée en tête du tournoi !
    Le Trophée Bad Party, attribué à la meilleure équipe 100% licenciée AS, a, cette année, été remporté par Thomas Chabannes et Noé Bouchareychas, deux minimes qui s'étaient déjà distingués, début juin, en remportant le Championnat de France de Badten par Equipe d'Etablissement.
    Ont également été récompensés :
    - les vainqueurs du tournoi : Théo et Émeline ;
    - la meilleure équipe parent-enfant : Ludovic Oudom et son papa ;
    - la meilleure équipe benjamine : Clara Chabannes et Lou-Anne Mailhé ;
    - la meilleure équipe benjamin : Louka Reynaud et Émile Bouchareychas ;
    - la meilleure équipe de frangins : Timothé et Clément Pierré.

Attention, l'année prochaine ce sera la Xème ! Et 10 ans, ça se fête !

Zélie et Mathilde
Emeline - Théo, spécialistes de la sardinade à l'anis !
Clara et Anne-Lou, championnes en devenir
Laurianne et Maëlia, championnes 2016
Avec Matthieu et Clément
Les frères Mounier :
Mathis et Noah
Les frères d'armes :
Gonzague et Paulin
Les frère et sœur : Titouan et Laurriane
Les frères casquettes : Émile et Louka
Les tombeurs de trophée : Noé et Thomas
Chloé, sœur de Noé et gérante de buvette

samedi 17 juin 2017

8 juin 2017 : Journée du 2° doublet national !



    Double bonne pioche, belote et rebelote, et super Banco ! On a (re)décroché le cocotier ! Posé la cerisette sur le baba, et nappé le tout d'une bonne dose de chantilly ! Bref, nous avons réédité l'exploit, déjà réalisé en 2013 par nos valeureux prédécesseurs, de remporter, coup sur coup, deux titres de Champion de France. Le premier en badten, le 2 juin à Tours et le second, en badminton, le 8 à Besançon ! Strike et re-strike !
    Deux d'entre-nous (Eva Riccio et Lola Oger) qui participaient de la colonne vertébrale des deux équipes qualifiées pour ces évènements nationaux ont, en l'espace d'une semaine, accompli deux fois l'ascension de la plus haute marche du podium. Elles ont donc profité pleinement des cérémonies protocolaires pour bien réviser leur Marseillaise, gonflant au passage leur garde-robe sportive de deux maillots striés tricolore et glanant deux étincelantes médailles au pesant d'émotion !
    La formation qui, au terme de deux jours de compétition, s'est paré d'Or étaient forte de quatre autres Tréviésois : Hugo Lavit, Margaux Philippe, Timothé Pierré et Paulin Ravel. Le Jeune Officiel, le JO, embarqué pour officier en tant qu'arbitre, Thomas Chabannes, a profité de l'occase pour passer et obtenir avec brio la certification Nationale !
Thomas lors de son intronisation JO National
    La tâche ne s'annonçait pourtant pas facil-facil, surtout depuis qu'en début de saison l'instance de l'UNSS "organisant" le badminton scolaire (on appelle cela une Commission Mixte Nationale ou CMN) avait brutalement chamboulé la donne d'une compétition qui jusque-là se disputait (à la satisfaction générale) en 5 matchs de bad autonomes : double garçon, double fille, simple garçon, simple fille et mixte (chaque matchs se jouant en 2 sets de 15 points -, plus un 3ème en cas d'égalité). Pour remporter une rencontre, en ce temps béni où chaque joueur jouait vraiment son match de badminton, l'équipe devait remporter au moins 3 matchs pour s'imposer. Les équipes qui s'affrontaient avaient donc 5 cartes à jouer, et chaque compétiteur jouait du vrai badminton, du badminton de chez badminton.
    Depuis, octobre 2016, la CMN, par un tour de passe-passe abracadabrantesque, à l'insu du gré des enseignants concernés, a sorti de son chapeau une dite nouvelle formule, style ronde italienne ou ronde suisse, sorte de ribambelle à finalité compétitive. Désormais, une rencontre se résume à un unique match, joué en 5 sets qui s'enchaînent. Les joueurs entrent en scène (pour une rapide volte, un tourné-manège, de grosso-modo 11 points et puis s'en vont) en prenant le relais du score de leur(s) prédécesseur(s). En pratique réglementaire, cela débute par un Simple Garçon, qui s'achève au premier arrivé à 11 points..., lequel cède sa place à un Simple Fille. Les demoiselles prennent la suite du score des garçons, jusqu'à 22. Là, rentre le Double Garçon qui joue jusqu'à 33, puis ensuite le Double Fille, jusqu'à 44, et enfin, "apothéose", un mixte clôture la partie. Partie qui s'achève lorsqu'une équipe atteint pile-poil 55 points ! Autant dire que même si cela a le goût du badminton (effectivement les joueurs ont bien encore des raquettes en main et tapent dans un volant), ce n'est plus à proprement parler du badminton, mais une mixture de bad Canada Dry. Le badminton, discipline d'affrontement duelle, entre deux (ou quatre) protagonistes, est vidé de son essence, de sa substance même, de son ipséité et réduite à peau de chagrin ! Cette miniaturisation, cette lobotomisation ne concerne que le Championnat par Equipe d'Etablissement. Le Championnat par Excellence restant, lui, intouché (intouchable ?) et roulant donc toujours à l'ancienne formule "royale"... Pourquoi cette différence de traitement, cette dissociation, cette fracture, entre deux championnats scolaires ?


     Car c'est bel et bien à une amputation, à une jivarisation et à un appauvrissement radical de la pratique qu'ont connu nos aînés que les apprentis magiciens de la CMN ont opéré à vif (sans nullement prévenir les principaux intéressés, les profs d'EPS, de ce rétrécissement avant "suturage" folklorique des parties rabougries). C'est plus vraiment du pur badminton, c'est tout autre chose, un truc, un bidule, à qui il faudra bien trouver une autre appellation, si cela devait perdurer.
    Cette défiguration, cette mutilation, n'enlève toutefois rien à la perf accomplie par les collégiens Tréviésois, bien au contraire, car il a fallu être encore plus solide que les années passées et encaisser des tentions démultipliées. La faible durée d'un set laisse, en effet, peu de place à l'erreur. Il est impératif d'entrer de suite dans le match, ne pas se la jouer midinette, ni prout-prout ma chère. D'emblée il faut envoyer du coriace, du copieux, de l'indiscipliné-appliqué !
    Les derniers à prendre part à la farandole (le double fille et surtout le double mixte) ont une très très lourde, bien trop lourde, responsabilité, puisque, si leur prestation n'est pas à la hauteur, ils peuvent réduire à néant tous les efforts de leurs partenaires qui avaient réussi à construire un avantage...
    Mais revenons au terrain.

     La journée du mercredi 7 juin, consacrée aux phases de poule et aux matchs de croisement, n'a finalement été, pour nous, qu'une formalité. Les rencontres n'ont pas dépassé la demi-heure - en comptant les 2 mn d'échauffement entre chaque sets -, ce qui divisé par 5 sets donne environ 5-6 mn de jeu par joueur... Rappelons, qu'à l'époque du badminton collégien triomphant, un seul match durait en moyenne 25mn !...
    La 1ère rencontre de poule, contre le collège Clairs Soleil de Besançon, a été remportée sur le score de 55 à 18. La seconde, contre le collège André Malraux (académie de Grenoble), l'a été sur le score de 55 à 36. Et, la 3ème et dernière de poule, face au collège Jean Monnet d'Angers (académie de Nantes), a été gagnée par 55 à 34 (nous étions dans une poule de 4 équipes, alors que la plupart des autres poules n'étant composées que de 3 formations, n'ont joué que deux matchs d'une misérable durée... Certains venant de très très loin pour si peu, on pense notamment aux collégiens venus de La Réunion...) ;
    En tout début d'après-midi, nous avons donc joué notre huitième de finale. Match de croisement remporté 55-34, contre le collège Mont d'Hor (académie de Reims). Nous étions ainsi qualifiés pour jouer les quarts, prévus le lendemain matin, et pouvions nous échapper d'un gymnase particulièrement encombré, puisque, avec cette nouvelle politique Low Cost, où un seul terrain suffit pour disputer une rencontre - contre deux avec l'ancienne formule -, les organisateurs peuvent réaliser des économies de salle en entassant 14 formations, soit environ quelques 80 joueurs et joueuses, dans un seul et même espace, ce qui donne lieu à des bousculades, des pousse-toi-de-là-que-je-m'y-glisse, pour arriver à s'échauffer, tout en esquivant les coups de raquette du très proche voisin. Le Bazard complet !
    On a donc regagné nos pénates, pour récupérer de nos efforts, tranquillou, pénardos, allongés dans les supers lits deux places de L'Ibis Budget.

Journée du jeudi 8 juin :
    Comme à l'accoutumé, pour être physiologiquement bien dérouillés, d'aplombs et pas plombés dès la 1ère rencontre très matinale, on avait réglé les "réveils" à 6h 15, et, à 6h 30, la tête parfois un peu enfarinée, on a déjeuné... Dur dur la condition de sportif de haut niveau, pas question de se là couler douce au plumard, de coincer la bulle sur les nénuphars ! C'était le jour J et, même si on n'est pas encore vraiment des géants, on voulait être à la hauteur de l'évènement. On se prépare pas depuis la 6ème pour venir jusque-là simplement "beurrer les sandwichs" !
   En quart de finale nous avons joué le collège Gaston Jollet (de Salbris, acad. d'Orléans-Tours). Une affaire coniquement menée, puisque nous avons largement dominé tous nos duels. Paulin a donné d'entrée le ton en remportant son set 11-2. Dans la foulée, Eva l'imita avec un aussi carré 11-2 (score cumulé 22-4). En DG, Paulin et Timo réalisèrent un 11-7 (score 33-11), le Double Fille (Margaux, Eva) tint bon la barre, même si nos adversaires remontèrent un peu leur retard, 11-13 (score global 44 à 24). Enfin, en mixte, Paulin et Margaux, remirent les pendules à l'heure, en s'imposant 11 à 5. Score final : 55-28.
    Par contre, la demi-finale, jouée ensuite, contre la très solide formation du collège Erckmann-Chatrian de Phalsbourg (académie de Nancy-Metz), n'a pas été une promenade de santé. Elle a été remportée d'un rien, à l'arrache !

Le bronze pour le collège Erckmann-Chatrian (Phalsbourg)
    En début de rencontre, certes Paulin s'est imposé, mais pas aussi largement qu'escompté (11-9). Eva est ensuite tombé sur un os et nos adversaires ont repris l'avantage (19-22)... Le tandem Paulin-Timo a bien repris le dessus, nous permettant de repasser nettement devant (33-27), mais les "handballeuses", Eva et Lola, se sont faites un peu secouer par les Phalsbourgeoises qui ont repris du terrain (39-44). À l'entrée de la dernière ligne droite, lorsque Margaux et Timothé ont pris le relais pour jouer l'ultime set de mixte, nous étions donc menés de 5 points... Or, le duo de caractères, qui, quelques semaines auparavant, avait traversé une zone de turbulences, s'était rabiboché et jouait soudé. Leurs efforts permirent de réduire un peu l'avantage adverse, mais malgré cela, sur la toute fin de la partie, nous étions encore menés de 3 points - 54 à 51... Les Vosgiens/Lorrains étaient à un tout petit point de la victoire (nous à 4...), et ils s'y voyaient déjà. C'était sans compter sur la détermination du tandem Tréviésois qui repris le service (52-54) et réalisa l'exploit de marquer, sans trembler, les 3 points décisifs. Match adjugé : 55 à 54 ! Les Phalsbourgeois remporteront ensuite la demi-finale et se retrouveront avec leur ourson fétiche sur la 3ème marche du podium, médaille de bronze !

L'instant d'avant l'entrée en Finale
     En finale, nous avons affronté l'équipe du collège Jules Verne, de Rueil-Malmaison, donnée largement favorite par tous les pronostiqueurs, car disposant d'une joueuse classée R5/D7/R6. Et oui, un autre tour-de-passe (ou entourloupe) de la CMN est d'avoir autorisé, depuis cette année, qu'un joueur ou une joueuse D7 puisse faire partie d'une Equipe d'Etablissement. Or, comme le classement FFBad pris en compte est celui du 1er septembre de l'année scolaire en cours (dont ici celui du 1/09/2016), 9 mois après (en juin) un(e) badiste classé(e) D7, qui donc a déjà un gros gros niveau et trempe depuis pas mal d'années dans les compétitions fédérales, a de fortes chances (en poursuivant sur cette lancée compétitive) d'avoir atteint un niveau Régional et d'être, comme ici, classé-e, R5, voire plus ! L'équipe qui peut disposer d'un tel ou d'une telle joueuse, en puisant dans un club local, dispose d'un Jocker, pouvant se transformer en atout maître, et ainsi rafler la mise sur le tout dernier pli. Pas très juste du tout !

L'argent pour le collège Jules Verne, vice-champion de France
    Mais, à force de travail et d'obstination au sein de notre AS, nous n'étions plus des "bourricots", et disposions de 5 grosses cartes à jouer, des rois, des reines et des as (avec un as-ticot en réserve) ! Nous ne nous en sommes donc pas laissés compter et, set après set, on a creusé ou conservé l'avantage que, dès l'entame, Paulin avait réalisé : 11-5. Puis 22-11, au terme du simple fille, joué par Eva ; 33-19 à la fin du simple garçon (Paulin et Timothé ont sorti un match d'enfer) ; 44-36 lorsque Eva et Lola Oger ont terminé leur prestation en double dame (les deux handballeuses n'ont pas joué "petit bras", face la R5, et ont su bien résister, même si elles ont concédé des points). En double mixte, conclusion de la rencontre, Margaux et Timothé ont tenu le choc, semant doute et inquiétude chez des adversaires peu habitués à ce qu'on leur tienne tête avec tant de détermination, de combativité et de maîtrise tactique. Timothé n'hésita pas à plonger pour sauver in extremis des volants, avant de se relever d'un bond pour conclure en agressant le retour adverse ! Score final : 55-48 ! Et envahissement du terrain par Mr Baillette qui avait (presque) retrouvé ses genoux de quarante ans, embrassades, checks (sortes de bisous de main) puis... recherche de Paulin, disparu depuis la fin de sa prestation en double... Bon, on l'a retrouvé, pour lui annoncer notre victoire collective. Stressé par l'enjeu, il était parti, via les corridors, s'isoler dans un lieu clos ! Tanière sécurisante, lieu où se poser, éloigné de la fureur du stade et de son insoutenable suspens, d'où il est sorti pour se voir auréoler de gloire (non sans voir laissé l'endroit aussi clean qu'à son entrée, comme stipulé par l'affichage).

Toutes les photos (il y a un peu de radotage), en cliquant ICI ou encore bien ICI ! Ce qui vous offre deux chances de cliquer au bon endroit ! Sinon, les "meilleures" ci-dessous :




mardi 6 juin 2017

2 juin 2017 : Les Collégiens Champions de France de Badten par Equipe d'Etablissement

    Pour la 5ème fois, en sept ans, les badistes de l'AS ont honoré leur collège d'un nouveau titre de Champion de France. C'est le second titre obtenu en badten (combinaison de badminton et de tennis de table), avec celui glané à Niort en 2013 (les 3 autres l'ont été en badminton, respectivement en 2011, 2013 et 2016).

    Retour sur ces trois jours de compétition (qu'une connexion Internet poussive - d'un hôtel "1ère classe" -, ne nous a pas permis de chroniquer à vif) :

31 mai 2017 : Arrivée en Touraine
Arrêt casse-croûte sur le Larzac
    Sommes donc arrivés sans encombre à Tours, après une nuit (ou presque une nuit...) de sommeil du côté de Clermont-Ferrand. Nuit où, malgré une extinction des feux imposée vers les 23h et une ronde nocturne effectuée vers les 1h 30 du mat (après la mise en ligne du compte-rendu de la "journée" du 30 mai), certains et certaines noctambules, futurs et futures bambocheurs, se sont retrouvés en (presque) catimini, vers les 3h du mat, pour faire (un peu) la java... Ce qui, l'avant-veille d'une compétition, constitue, comme tous les préparateurs physiques le savent, une excellente manière d'avoir les jambes flagada le surlendemain ! Mais bon, ceux et celles qui avaient des objectifs sportifs se sont montré-e-s beaucoup plus "professionnel-le-s" et ont fait, eux, un gros dodo.

    A notre arrivée au centre d'accueil, nous a été offert un t-shirt souvenir frappé au logo de l'évènement. Parure illico enfilée pour faire plaisir à notre berger désireux d'instantanéiser, sur support numérique, ce moment de communion vestimentaire, cette union fondatrice d'une horde conquérante.


    Le soir après avoir remis (presque) tous nos portables au "surgé" (presque car un petit filou, à tête d'ange, s'était prémuni de la ponction annoncée en planquant un second bigophone..., découvert au petit matin), on s'est plus ou moins rapidement endormi, car le lendemain, pour l'Equipe d'Etablissement, pas question de se prélasser, petit déj' programmé à 6 h !
    L'équipe évoluant en Excellence, ne débutant la compét qu'à 10h, bénéficiaient, avec Mr Lécuret (leur chaperon), d'une petite rallonge de ronflette.

1er juin : matchs de poule et huitième de finale
    L'Equipe d'Etablissement a donc débuté sa matinée par deux matchs de poule (les Excellences aussi, mais comme nous n'évoluions pas dans le même gymnase, notre feuilletoniste embedded n'a pu suivre qu'en pointillés leur parcours).
    Engagée à 8h 30, la 1ère confrontation a été aisément remportée par 148 à 75, contre le collège Louis Pergaud (Couches, académie de Dijon). Une bonne petite mise en jambe !
    La seconde, jouée en fin de matinée face au collège Paul Bert de Paris, a été "pliée" sur le score tout aussi confortable de 139 à 89.
    Nous terminions donc 1er de notre poule et pouvions aller ripailler sereinement à la cantine du lycée du coin.
    En début d'après-midi, nous avons donc joué une rencontre de croisement contre l'équipe du collège Viala Lacoste (Salon-de-Provence), second de sa poule. Une formalité, remportée 142 - 93. Nous déroulions notre savoir-faire technico-tactique.
    Ce sans faute nous qualifiait directement pour disputer les quart de finales, programmés le lendemain matin. Aussi, tandis que les perdants des matchs de croisement disputaient des rencontres de classement, nous avions le restant de l'après-midi libre !
Le lit esbahissant de Dame Philippe Lesbahy
    L'occasion de nous aérer les gambettes et d'affiner nos connaissances historiques, en allant découvrir le Château d'Azay-le-Rideau et nous "esbahir" devant le magnifique lit à baldaquin, typicos Renaissance, où se reposait jadis Philippe Lesbahy (l'épouse de Gilles Berthelot - et oui, en ce temps-là Philippe était tout autant un prénom féminin que masculin !). Eva, séduite par les couleurs flaschyes, en aurait bien profité pour s'offrir un petit ronqueuneu, mais le château devant fermer, la troupe s'est égaillée dans le village avant de déguster une glace royalement offerte par le boss pour fêter notre bon début de parcours.

    Pour voir les différentes photos prises jeudi 1er juin, cliquez sur ICI toutes les PHOTOS et pas ailleurs !

2 juin : Journée du sacrement national
   A 6h moins 5, soit quelques minutes avant que n'ouvre le self du 1ère Classe, Eva et Lola étaient déjà en tenue de combat, short et polo aux couleurs de l'AS, attendant de pied ferme qu'ouvrent les portes du petit déjeuner ! Dès l'aube sur le pied de guerre, les (futures) championnes montraient par cette promptitude toute leur détermination ! Les garçons ne tardèrent pas eux aussi à les rejoindre, pour prendre la direction du gymnase réveiller des organismes encore un peu embrumés.
    A 8h 30 pétaradantes, les hostilités s'enclenchèrent avec le collège Jean Lurçat de Lanester (académie de Rennes). Pas de simples escarmouches, ni de chamailleries sans conséquence, mais d'emblée le recours à l'artillerie lourde permettant d'ouvrir une brèche vers les demi-finales.
    Victoire sans conteste, presque un knock-out : 140 - 78 !
    Dans la foulée, nous avons joué notre demi-finale. En face cela commençait à devenir du costaud, du solide, voire du teigneux, de l'hostile, du déterminé, du je-me-laisse-pas-impressionner. Ce n'était plus de la gnognote, et pour passer, nous devions, à la fois, la jouer finaude et lourdingue, faire parler la science tout en envoyant du pesant, de l'indigeste ! Les vedettes du collège Léonard de Vinci (Montauroux, académie de Nice) n'étaient pas venues pour faire de la figuration. Ils alignaient notamment de faux-jumeaux, qu'il fallait quant même si reprendre à deux fois pour constater qu'ils étaient pas aussi vrais qu'ils en avaient l'air. Super sympa au demeurant les frangins-faussaires (surtout avec "nos" filles), mais aussi particulièrement batailleurs...
    Résultat du choc : 133 à 117, et l'assurance de finir sur l'une des deux plus hautes marches du podium, puisque avec cette victoire nous accédions à la Finale, ne restait plus qu'à décrocher le pompon pour nous parer de tricolore !

    La confrontation ultime s'est tenue en tout début d'après-midi, et nous sommes entrés dans l'arène sous les yeux envieux de tous les compétiteurs "malchanceux" réunis en tribune pour assister à ce "combat des chefs".
    Face à nous, les champions en titre du collège Hélène Boucher (Voisins-le Bretonneux - académie de Versailles) ! Ceux qui l'année passée nous avaient éliminés de pas grand chose en quart de finale et contraints de nous contenter d'une 5ème place... avant de s'emparer de la plus belle des coupes. Mais cette fois-ci on ne s'en est pas laissé compter, et la partie fut très équilibrée, même si, au terme de chaque match, nous pointions légèrement en tête. La rencontre bascula lorsque Noé et Thomas, après avoir remporté le ping-pong par 15-11, déboussolèrent totalement leurs adversaires en leur infligeant un 15-2, en bad !
    Au terme du double mixte de badminton qui suivit (remporté de justesse 15-14), Noé et Lola disposaient d'une dizaine de points d'avance. Et, d'après un habile calcul réalisé par Timothé qu'avec la tête et peut-être un peu les doigts, seulement 4 points nous séparaient du triomphe lorsqu'ils attaquèrent la dernière ligne droite en "ping", face à des joueurs quelque peu spécialistes de la discipline qui taquinaient du service coupé... mais qui avaient la pression. Quatre petits points à marquer, certes mais qu'il fallait encore marquer ! Une remontada était tout à fait possible ! Et, il fallu attendre le 5ème point pour que Lola-Noé se décident à enfin ouvrir le score. Et d'Un ! Et, quelques échanges plus tard, de Deux, puis de Trois et... de Quatre ! L'affaire était dans le sac ! Nous étions Champions de France 2017, sur le score final de 129 à 113.

Ci-dessous portrait de l'équipe prouvant qu'on est pas des peintres !
Pour voir toutes les photos prises ce jour-là, il faut activer ce lien en cliquant bien dessus et pas juste à côté.